28 février 2007

Interview pour LeHipHop.com

"Si quelqu’un qui est dans le quartier, en train de bouillonner, voit un clip comme La Rage à la télé, il va se dire : “Ah ça y est, on est accepté, ça y est, on se fait entendre !”. Moi je dis non, c’est faux, c’est une illusion ; je ne veux plus servir d’alibi démocratique au système. (...) Quand je vois le clip de La Rage à la télé, je suis encore plus frustrée, parce que je me dis que c’est de l’hypocrisie."

Salut Keny, comment vas-tu ?

On essaie d’aller.

Ton album s’est déjà écoulé à 60 000 exemplaires, une belle tournée pour le soutenir sur scène était programmée, tout semblait rouler et la tournée est annulée, au dernier moment. Que s’est-il passé ?

J’ai préféré l’annuler, en sachant que rien n’était carré, que rien n’est jamais carré, et que c’est moi qui suis obligée de porter tous ces trucs là sur mes épaules. A la base, on voulait faire un gros truc pour la tournée 2007, avec forum la journée et concert le soir. Et forcément, je ne pouvais pas être seule à porter tout ça. Je n’ai pas de manager, pas de chef de projet. J’ai donc préféré annuler, plutôt que de faire les choses sur les genoux, et que ça parte en couilles au dernier moment car rien n’aurait été carré.
Certes la maison de disque me reproche d’avoir annulé deux semaines avant, mais deux semaines avant, le budget n’était même pas validé. La tournée 2006 a été un peu pareil, beaucoup de dates annoncées n’ont pas existées, des gens ont acheté des billets pour des concerts qui n’ont jamais eu lieu, ou du moins ce n’était pas moi en concert. Et moi je n’aime pas me foutre de la gueule des gens, j’aime bien que ça soit organisé, et que ce ne soit pas moi qui porte tout.
Cadrer une machine comme Because prend beaucoup d’énergie, cadrer La Lyonnaise des Flows en prend aussi, et ça fait 1 an et demi que je n’ai pas vraiment de manager, que je dois tout faire, des clips jusqu’aux stickers en passant par la pochette du jour au lendemain, jusqu’au budget de la tournée. Et je ne peux plus supporter tout ça, je suis artiste, et normalement je suis faite pour écrire des textes de rap, rapper sur scène, parler à mes frères et à mes sœurs, et pas gérer ces conneries. Donc c’est ou on se répartit le travail, ou on arrête. Et là j’ai donc préféré dire stop. J’ai mis en stand by, car j’ai bien compris comment la musique use les artistes, les presse. Et si je reviens, ça ne sera pas dans ces conditions, mais avec une équipe compétente. Si tu veux construire solide, il faut que tes fondations soient solides. Ok, je suis en maison de disque, mais rien n’est solide autour de moi : tout est sur mes épaules, et moi-même étant un peu instable, finalement rien n’est stable. Je reviendrai dans la musique le jour où j’aurai un manager et des gens autour de moi qui savent où je veux aller, qui comprennent ma démarche et m’aident à aller là bas.
Ca fait 1 an et demi que je n’écris plus, alors que depuis 10 ans j’écrivais tous les jours, ça reflète bien le fait que je craque…
J’ai donc préféré me tirer une balle dans le pied, plutôt que me prendre encore des couteaux dans le dos. Je ne me voyais pas partir en tournée en portant sur le dos la tournée, les forums, les budgets, etc... J’ai signé en artiste chez Because, pas en distribution, aujourd’hui je fatigue, j’ai besoin d’aide.

Trouveras-tu un jour des gens compétents à tes yeux pour gérer toutes ces affaires ? Es-tu capable de déléguer ?

Franchement oui, je pense pouvoir trouver des gens compétents, Inch’Allah. Mais franchement, je les cherche. Comme on dit souvent chez moi, les gens honnêtes ne sont pas très compétents, et les gens compétents pas très honnêtes. J’ai vu que c’était un peu vrai…
Je déléguerais si j’arrivais à trouver des gens qui comprennent vraiment là où je veux aller. Mais dans mon entourage, je n’en connais pas beaucoup. Je suis un peu en carence d’organisation. Moi-même dans ma vie c’est le bordel, et au bout d’un moment, trop de bordel... ben... tue le bordel.

La tournée des forums est tout de même maintenue. Est-ce à cause des élections ? N’est-ce pas délicat d’aller à la rencontre des électeurs en cette période préélectorale ?

Nous, ce n’est pas notre échéance, on n’en a rien à foutre de leur politique à eux.
On n’a pas trop calculé ça. Mais maintenant oui, il y a une dynamique d’urgence de conscientisation dans la tête des gens, et ils sont peut-être plus aptes à parler politique.
J’ai tenu à maintenir cette tournée des forums maintenant, pour une raison : j’ai l’intuition profonde qu’après, ça ne sera plus possible de faire un truc comme ça, peu importe qui sera le président. Les murs sont tellement vides, il y a de moins en moins d’espace, tous les lieux associatifs, autogérés, sont entrain de fermer. Ils essayent vraiment de tuer tout le lien social, donc oui cette urgence m’a fait dire qu’on ne pouvait pas attendre, même si peut-être qu’au point de vue personnel et égoïste, ça m’aurait fait du bien de prendre un peu d’air, d’oublier tout ça et d’aller faire un tour en Amérique du Sud ou autre.
On est parti dans une vibe de libérer la parole, de rassembler les idées et les alternatives de tout le monde, dans le sens où on se dit qu’il y a peut-être des alternatives qui ont été trouvées au fin fond d’un quartier en France, et qui n’ont jamais été relayées. Donc on essaie de rassembler un peut tout ça, je n’ai pas la solution, toi non plus, lui non plus, mais ensemble on l’a. Il s’agit donc d’essayer de rassembler tout cet héritage là, et le mettre à disposition de tous. C’est pour ça qu’avec ce tour de France “Appel aux Sans Voix”, il y aura le site internet www.appelauxsansvoix.org, des synthèses vidéos de chaque forum avec des communiqués, et un espèce de répertoire des idées -on fera tourner des feuilles aussi parce que j’ai remarqué que souvent dans un forum, il y a 15% des gens qui parlent, et les autres qui écoutent, qui sont un peu timides, donc on fera aussi passer des cahiers des idées, puis rassemblera tout ça sur le site, qui sera pour tout le monde. Ce n’est pas une tournée La Rage du Peuple, on ne fait pas ça pour nous, c’est vraiment pour tous les Sans Voix. On va faire ce taff là parce qu’il faut que quelqu’un le fasse. Mais c’est sans prétention, on n’a pas la prétention de faire les professeurs ou les politiques, c’est un espace de parole horizontal, interactif, où l’on parle. Sur notre site, il y aura un forum où les gens pourront rebondir sur les idées de chaque forum. Car ce qu’on veut faire, ce ne sont pas des forums ponctuels dans chaque ville, sans lien les uns aux autres. On veut faire un truc continu, d’où l’importance d’internet.

Est-ce que vous irez plus loin qu’un site internet ? Peut-on imaginer par exemple l’écriture d’un manifeste, envoyé aux médias, aux politiciens, ou que tu te serves de ta notoriété pour médiatiser ces forums et ces idées ?

Non, non, non. Nous c’est vraiment un truc du peuple pour le peuple et par le peuple. Je ne crois plus aux institutions par le haut, au changement institutionnel par le haut. Aujourd’hui, on vit dans un ère mondialisée, il n’y a plus de pouvoir national, il y a une conjoncture mondiale qui est planifiée, qui va dans un certain sens et qui dicte les lois internationales.
Donc que notre président en France soit la peste ou le choléra, rien ne changera. Je crois plus au pouvoir local et global. Essayer de créer des poches de résistance qu’on met en réseau, qu’on articule au niveau global, mais que ça reste horizontal. Je crois vraiment qu’il y a un travail à faire en profondeur, vers le bas, plus qu’en hauteur. Nous, on s’est beaucoup axé sur la réappropriation, l’autogestion, l’autonomie ; Construisons ce nouveau monde qu’on aimerait construire. Je crois qu’on ne nique pas le système quand on le détruit frontalement ; je crois qu’on détruit le système quand on essaye de construire sans lui. Si demain on arrive à construire sans lui, alors il s’effondrera de lui-même. C’est donc plus dans la dynamique de “venez on se réorganise, venez on se réapproprie nos quartiers” . On a plein de compétences dans les quartiers. Au lieu de toujours les mettre au service de la machine, mettons les aussi au service de la communauté. Par exemple dans un quartier, ça fait 2 ans que l’ascenseur est en panne, que la cage d’escalier a besoin de peinture, et il y a des électriciens, des peintres, des gens qui peuvent faire du soutien scolaire dans le quartier. L’individu au service du collectif, le collectif au service de l’individu, et essayer d’avancer ensemble comme ça. Même des initiatives à la con, comme organiser un repas de quartier chaque semaine, bref, renouer des liens, car aujourd’hui on essaie de nous renfermer sur nous-mêmes, et de nous inciter à penser que notre voisin est notre ennemi. Essayons donc de reconstruire quelque chose ensembles. C’est donc ça notre message, un message simple. On veut juste connecter les gens entre eux, leur donner de l’espoir. A partir de ces espaces là, peut-être que les gens pourront continuer à se voir, à garder ces espaces de discussion. On veut remuer le terrain, plutôt que de l’asperger. Moi je crois qu’il faut aller secouer les frères et les sœurs un peu, leur montrer que c’est possible.

Quel est le rôle de l’artiste dans tout ça ?

L’artiste a le devoir de préparer le terrain pour le changement. Il n’y aura jamais eu de révolution française dans le siècle des Lumières auparavant, qui a apporté les arguments pour faire cette révolution. Même si la révolution française a été un flop et a été récupérée.
La Révolution, ce n’est pas de prendre les armes et de renverser le pouvoir. Une vraie révolution, c’est un changement intérieur du peuple, pour avoir un autre mode de vie, et ça passer par les idées, par la pensée. D’où l’importance de libérer la parole d’en bas, c’est plus important que tout. La révolution, dans le vrai sens du terme, c’est une rotation, c’est ce qui combat l’inertie. La révolution est toujours en mouvement, ce n’est pas un objectif, un truc inerte, mais un chemin, une direction de tous les jours. On dit que l’idéal n’existe pas, c’est faux, à partir du moment où tu te diriges vers un idéal, vers une utopie, elle existe, tu la fais vivre. La révolution, il ne faut pas se battre pour, elle existe, il faut la faire tous les jours, car elle commence par se changer soi-même. Le système est ancré en nous, on réfléchit et on vit comme le système, donc tant qu’on n’aura pas combattu le système en nous -cette avidité, cette envie d’argent, de faire mieux que son prochain etc-, il n’y aura pas de révolution possible.
La révolution est dans le spirituel et le quotidien, elle est dans le sourire que tu dois faire à tout le monde dans la rue en marchant. Ca peut commencer par de toutes petites actions. Le premier devoir du révolutionnaire aujourd’hui, c’est de se réhumaniser soi-même, et de réhumaniser ses frères.

Pour en revenir à toi, tu ne pars donc pas t’installer en Argentine comme les rumeurs le disent ?

Non. J’ai entendu plein de rumeurs à mon sujet, mais non. Là, la priorité ce sont ces forums, faire passer le message aux frères et sœurs, et essayer de faire des choses ensemble. On vient mélanger nos idées avec eux, c’est ça la richesse. On essayera de faire un cahier des alternatives, de faire remonter cette parole étouffée en bas. C’est super important. Les pensées, la culture, c’est tellement important, car c’est comme ça qu’ils arrivent à nous avoir. La première arme, c’est la culture.

Le rap est-il fini pour toi ? Ton public peut-il espérer un deuxième album ?

Non le rap n’est pas fini, il fait partie de moi. Même si là je vais m’éloigner un peu du système de la musique et tout ça, le rap restera là. Mon public peut bien sûr espérer un deuxième album. Là, je vais déjà préparer un petit EP concept, avant d’envoyer direct un autre album, car j’ai besoin d’aller respirer avant de sortir un autre long format.

Revenons sur le premier album, Entre Ciment et Belle Etoile. Il avait été annoncé et repoussé de nombreuses fois, et on l’a senti accouché dans la douleur. A quelle étape de la production de l’album ça coinçait ? Ecrire ? Enregistrer ? Choisir le tracklist final ?

Je ne suis jamais satisfaite, ça je crois que c’est dans ma nature. Puis il s’est passé plein de trucs, comme les changements de label qui n’ont pas été évidents, et qui ont un peu retardé tout ça. Je voulais aussi que ce premier album me ressemble, donc j’ai fait beaucoup, beaucoup de morceaux, soit 3 ans de travail. J’avais une vibe “Entre Ciment et Belle Etoile”, et j’ai du faire une soixantaine de morceaux pour ça, avec une première sélection que j’estimais ne pas devoir rentrer dans l’album, et qui a donné “L’Esquisse” . Et puis il reste aussi une deuxième sélection de morceaux, qui ne sont ni dans l’Esquisse ni dans l’album, et que j’aimerai bien sortir aussi.

Aujourd’hui, es-tu satisfaite de ton premier album ?

Je ne l’écoute pas ! Je pense à autre chose, depuis qu’il est sorti. Je le revis sur scène, mais je ne l’écoute jamais. Si je l’écoutais, j’entendrai tous les défauts. Maintenant je suis aussi satisfaite car j’ai essayé de mettre un éventail de moi-même.

Si tu n’arrives pas à évaluer ton album, es-tu au moins satisfaite de l’accueil du public ?

Oui. Enfin déjà c’est toi qui viens de m’annoncer les ventes, je n’en savais rien, je suis loin de tout ça. Donc je juge plutôt l’accueil sur les gens qui viennent me voir dans la rue, dans les concerts, c’est plutôt ça mon baromètre pour juger l’accueil. Mais oui, je suis contente qu’il ne soit pas tombé aux oubliettes, car sans beaucoup de promo, c’était le risque - enfin du moins c’est ce que prétendaient ma maison de disque & mon ancien manager.

Ton public est parfois très jeune, et proche du fanatisme... Comment réagis-tu à ça, et quel est ton rapport avec ton public ?

Mon public est très varié, il y a de tout, je vois des crapuleux, des punks, des militants, des jeunes, des gens qui n’écoutent pas de rap forcément, des enfants, des vieux, des sociologues. Et ça me fait plaisir, car j’ai essayé de parler de cœur à cœur, je n’ai pas visé une communauté, j’ai juste été sincère. Et quand je vois la diversité des êtres humains qui viennent me checker après les concerts ou dans la rue, ça me fait plaisir. Quand je suis inspirée, pendant mes concerts, je demande parfois aux gens de se tenir la main, et tu vois parfois la grosse caillera donner la main au punk, le petit au vieux etc. Et en plus, pendant mes concerts, ça se passe toujours bien. Les gens ont l’air content, ça me fait plaisir, et je ne me pose pas plus de questions. Tant mieux s’il y a des petites très jeunes qui écoutent aussi. Les gens de demain sont les enfants d’aujourd’hui, et s’ils arrivent à comprendre ce que je dis, je suis contente, donc je ne le prend pas péjorativement quand j’ai des très jeunes qui m’écoutent : je n’ai pas fait du rap Chantal Goya, j’ai fait ce que j’avais à faire, et si ça touche beaucoup de gens, tant mieux. Si j’arrive à réveiller plein de gens de plein de milieux différents, tant mieux. Moi à 13 ans j’écoutais Assassin, et je comprenais ce qu’ils racontaient.
Après c’est sûr que l’attitude “fans” avec les autographes et les photos, ce n’est pas trop mon kiff. Mais que veux-tu que je dise ? Je ne vais pas refuser une photo à un jeune à qui ça a l’air de faire tellement plaisir ! La seule chose que je crains, c’est quand les gens me filment en traître. Là, je trouve que c’est du manque du respect. Mais après, le petit qui demande une dédicace, c’est plutôt mignon, c’est pas grave.

L’album a été élu par le public “Album Révélation de l’année” aux Victoires du HipHop. Quelle a été ta réaction à ce prix ? Etais-tu volontairement absente de cette cérémonie ?

Non tu sais, je ne fais pas trop les choses en calculant, ça n’est simplement pas mon délire, donc je ne vois pas pourquoi j’irai m’y travestir. Je trouve que cette cérémonie était une grosse mascarade : le hip-hop ça ressemble à ça ? Pour de bon ? S’il y avait dû avoir une vraie cérémonie du hip-hop, elle aurait dû avoir lieu dans la rue, dehors, ou dans une cave, et ça aurait dû être à nous de le faire, pas à des gens qui récupèrent le truc. Et puis tu as vu comme c’était mort cette soirée !? Que des gens assis qui se regardent du coin de l’œil avec la haine, des gens sages comme des images assis sur leurs fauteuils, à attendre qu’on leur distribue leurs bons points ! C’est ça le hip-hop ? Perso je ne fais pas partie de ça en tout cas. Franchement, je ne veux pas juger ces gens, mais en tout cas, ça n’est pas ma vision du hip-hop. Ma vision du hip-hop est en bas, pas dans le show biz ni le gratin jet set du hip-hop. Et en plus la télé ce n’est pas mon délire non plus, donc je ne vois vraiment pas pourquoi j’y serai allée.

Tu as tout de même récupéré ta récompense ?

Oui je l’ai récupéré, elle est dans mon bordel chez moi. Je vais la donner à ma mère, elle ça lui fera plaisir, les mamans aiment bien les trucs comme ça.

On imagine donc que tu n’iras pas non plus aux Victoires de la Musique, en tant que nominée dans la catégorie Meilleur album Rap de l’année ?

Non. Enfin c’est quand ? Le 10 mars ? Je ne serai pas là, je serai dans mes forums, à Lyon je crois.

Dans la même catégorie, Diam’s est nominée. Vous êtes souvent comparées toutes les deux ici et là, comme par exemple avec vos photos côte à côte en une du Parisien il y a quelques semaines. Quelle est ta réaction ?

J’étais en Italie quand Le Parisien est paru, je ne l’ai vu qu’avec un train de retard, comme souvent pour toutes ces choses là. Enfin je m’en fous. Mais je crois qu’elle ça lui ferait plaisir de remporter cette victoire, donc de bon cœur j’espère qu’elle va la remporter, autant que ça fasse plaisir à quelqu’un !

Tu as toujours un rapport conflictuel avec les médias. Aujourd’hui, cela ne s’est donc pas arrangé ?

Non, mais je suis dans un délire être humain - être humain. Donc parfois ça passe très bien, tout dépend des personnes. Je bannis juste les médias de droite, les médias féminins, les médias “Star System” style Planète Rap Magazine, RAP, OK Podium si ça existe encore etc.

Tu as tout de même mis de l’eau dans ton vin, en acceptant finalement d’être photographiée dans les médias ?

Oui mais regarde, on est à une époque aussi où à chaque concert, il y a 40 vidéos sur Internet, et je ne vais pas non plus refuser une photo à un petit qui me le demande. Donc j’arrive à une époque où je n’ai pas le choix, même si bien sûr, à la base, ce n’est pas ce que je souhaitais.
Je ne vais pas non plus arriver en cagoule sur scène, je reste naturelle, le jeu de l’image n’est pas mon délire, mais je ne vais non plus me rajouter des contraintes pour y échapper.

Venons-en à Skyrock. La légende urbaine veut que Keny Arkana passe sur Skyrock malgré elle. Mythe ou réalité ?

Disons qu’à la base, quand je démarchais en maison de disque, je cherchais une maison de disque qui avait les couilles de tourner le dos à Skyrock, ce qu’avait Because, et c’est pour ça que je suis allée les voir : quand l’album est sorti, ils n’ont ni envoyé l’album à Skyrock, ni pris de pub à l’antenne ni rien. N’empêche que Laurent Bouneau a acheté l’album, il a kiffé et a passé un morceau. Donc je me suis retrouvée face à mes propres contradictions, car je suis aussi pour la démocratie, je ne vais pas aller mettre un coup de pression à Bouneau parce qu’il a passé le morceau. Je ne suis pas non plus en gueguerre avec Skyrock, que je trouve intègres dans leur délire : c’est une radio qui est là pour faire de l’audimat, et qui privilégie donc la quantité face à la qualité, sans s’en cacher. Tout le monde le sait. Mon délire était plutôt de pouvoir artistiquement construire sans eux, ouvrir d’autres brèches. Car le jour où Sky passera à une autre musique -et c’est entrain d’arriver, ça voudra dire qu’il n’y a plus de rap en France ? Dans ma vibe, l’objectif était plutôt d’éduquer le public sans Skyrock.
Manque de pot, Bouneau a kiffé, il a passé de force le truc. Je suis donc peut-être en playlist, mais il n’y a jamais eu de pub et je n’ai jamais fait de Planète Rap.
Maintenant, j’ai beaucoup de respect pour Fred humainement, et même si ce n’est pas mon délire, on s’était dit qu’on pourrait peut-être faire une nocturne.

La fameuse Nocturne en direct de Marseille où tu n’étais pas là ! As-tu pris peur au dernier moment ? As-tu voulu planter Skyrock en leur posant un lapin ? Faisons taire les rumeurs une bonne fois pour toute stp.

Je ne les ai pas plantés : à la base, j’ai accepté la Nocturne car ils m’ont proposé de se déplacer à Marseille, et ont fait des efforts, en acceptant aussi de faire 3 heures sans pub, donc d’avoir une perte financière. Forcément, quand ils m’ont proposé ça, j’ai tout de suite pensé à mes frères marseillais, qui seraient contents de passer sur Sky, vu qu’il n’y a jamais rien à Marseille. J’ai plus accepté pour mes frères que pour mon nombril, parce que c’est vrai qu’à la base ce n’est pas mon délire. Et au dernier moment, je n’étais pas là, mais il n’y avait rien de calculé. J’étais à Rome, à la bien, dans un lieu autogéré, et certes je revenais à contre cœur, mais j’avais prévu de revenir. J’ai juste loupé le dernier avion, et voilà …. Mais cette Nocturne s’est finalement bien passée, et ça n’a pas empêché à tout le monde d’être content. Même Fred qui avait un peu peur au début de manquer de matière pour faire son émission. Il y a eu plein de monde de Marseille, c’était bien. En tout cas j’ai du respect pour Fred, donc je ne voulais pas du tout le planter. Fred est l’un des seuls gars qui écoute tous les sons qu’on lui envoie, qu’il va passer s’il kiffe, et que tu n’es pas obligé d’être le pote du pote pour passer.En plus, il ne méprise pas la province, et c’est rare à Paris ! En tout cas moi c’est le premier qui m’a passée, à l’heure où si tu ne fais pas de copinage ou si tu n’es pas en équipe avec certains, on ne te passera pas. Ca fait 10 ans qu’il est là, il doit recevoir une tonne de CD, et il est toujours là, il passe des trucs de bon cœur, j’ai vraiment beaucoup de respect pour lui.

Le fait d’être absente aux Victoires, à Skyrock et en général de fuir les médias contribue à entretenir le mythe. Le mystère fait parler, et vendre. Ca pourrait être une stratégie porteuse non ?

Ca me fait trop rire, car quoi que tu fasses, ça sera toujours une stratégie. Eh bien non, tout le monde n’est pas calculateur, il y a des gens qui fonctionnent avec le cœur. Moi, c’est par intégrité !

Mince alors, pas de “marketing alter-mondialiste” alors, comme un média a osé l’écrire ?

Ils pensent ce qu’ils veulent, mais ils sont tellement stratèges eux-mêmes qu’ils n’arrivent pas à imaginer qu’on ne puisse pas être calculateur. Je n’ai jamais été calculatrice, je suis bien incapable de planifier quoique ce soit. Je ne sais faire que les choses au jour le jour, j’aurai un zéro pointé en stratégie, je suis plutôt quelqu’un de spontané. Si vous avez besoin de stratégie, ne venez pas me voir, je suis très mauvaise !
Après, je te dirai, c’est un peu comme ma vision de la politique. A la base, je ne voulais pas qu’il y ait trop d’intermédiaires entre le public et moi. Je suis déjà anti-matraquage, je ne pourrai pas le vivre. Tout ce système là de notoriété ne m’intéresse pas. Même ce qui est argent, je ne sais pas s’il faut le retranscrire, parce que je ne sais pas si les gens sont à même de comprendre ça, mais moi-même j’ai une mauvaise relation avec l’argent. Je suis quelqu’un de la rue, j’ai besoin de rien pour être bien, je suis une vagabonde. Mon petit confort, j’en ai rien à foutre. Maintenant, à la base, je n’ai jamais souhaité vendre à balle. Tout ce que je voulais, c’était faire passer un message, avoir les moyens de toucher mes frères et mes sœurs. J’ai toujours dit que je préférais faire de la scène, et que les choses aillent petit à petit, du bas vers le haut, comme ma vision de la politique. Je souhaite que, si jamais demain ma musique marche, ce soit parce que les gens l’ont voulu, et non pas parce qu’ils ont été matraqués par les médias. Si demain tu es en haut, c’est parce que les gens auront bien voulu que t’y sois. Et même si je me tire parfois une balle dans le pied en ayant cette ligne de conduite, j’y tiens. Combien de fois les gens ont essayé de me formater, de me faire accepter Planète Rap ou autre, combien de fois les gens m’ont dit que je n’y arriverai jamais avec un tel discours, combien de gens m’ont abandonnée en me disant que j’allais me planter et qu’ils préféraient que je me plante seule plutôt qu’avec eux ? Eh bien je n’ai jamais eu peur de faire un flop, car si j’en fais, ce n’est pas grave, je fais confiance aux gens, je sais que ma musique est sincère, et que ce n’est pas pour vendre. Le résultat, j’en ai rien à foutre. Ce qui m’importe, c’est le principe. Et mon principe était de faire les choses sincèrement. Que je vende 3000 ou 300 000, j’en ai rien à foutre, du tant que les gens l’auront voulu, pas parce qu’on m’aura matraquée.
Après, les médias qui sont frustrés, j’en ai rien à foutre. D’autant plus que j’en ai fait des interviews, je ne suis pas une intégriste non plus. Tous les petits fanzines ou radio Campus qui viennent me voir à chaque concert, je les fais, je n’ai jamais refusé d’interview à ces gens-là.
Je refuse juste les gros trucs de Babyloniens, les télés, les radios, à part si ce sont des petits radios locales alternatives ou étudiantes.

N’est-ce pas dommage de refuser un espace d’expression qui t’est offert, sachant que tu as un message à faire passer, et que sinon d’autres le prendront à ta place ?

Je m’en fous, je ne rentrerai pas dans leur jeu. Les gens comme moi n’avons pas notre place dans ce système. J’en suis désolée, même s’ils feront style d’accepter de parler de mes idées, non, ce n’est pas avec vous que je veux parler de mes idées, ce n’est pas avec vous qu’on changera les choses. Car vous êtes dans le cynisme, et je veux parler aux gens comme moi, qui y croient encore, et qui ne sont pas résignés, que ça soit des petits des grands des pauvres ou des riches. Je préfère faire les choses avec les gens d’en bas. Ca ne m’intéresse pas d’aller voir les gens d’en haut. Maintenant, je suis ouverte à ce que les gens d’en haut viennent me voir en bas, il n’y a pas de problème. Mais je n’irai pas chez eux, car je n’ai pas ma place. Je ne veux pas aller en télé, c’est politique.
Tu sais, j’ai beaucoup cogité lorsque le clip de La Rage est passé en boucle sur MTV, M6 et compagnie, et je n’ai pas compris pourquoi il tournait autant. Pourquoi un clip comme ça, engagé et radical, passe autant sans censure ni dans le texte ni dans les images, quand je sais que la plupart de mes confrères se font censurer pour moins que ça ? Je ne comprends pas. Ca m’a donc amené à me poser des questions, et finalement, j’ai compris, le système fait toujours ça : quand il y a un peu d’opposition, le système créé toujours un espace pour que les gens aillent s’engouffrer dedans, et y évacuer leur frustration. Je te donne un exemple : pendant la Guerre Froide, le peuple français était majoritairement communiste, même si les dirigeants étaient capitalistes. Ce sont les capitalistes américains qui ont créé Force Ouvrière en France, pour créer un espace où les gens peuvent s’engouffrer dedans, crier, avoir l’impression d’être représenté, d’avoir une place dans le système, pour ensuite enlever les frustrations et que chacun rentre chez soi tranquillement, apaisé. Et je te dirai la même chose avec le Forum Mondial Alter-mondialiste chaque année : on ouvre un espace où tous les alter-mondialistes du monde qui ont les moyens se réunissent, crient entre eux pendant une semaine, et après rentrent chez eux, en ayant l’impression d’avoir fait ce qu’ils avaient à faire. Cela enlève les frustrations, ils retournent à leur routine et estiment avoir fait leur rôle d’alter-mondialiste. Si ces espaces là n’existaient pas, la frustration serait quotidienne, et si la frustration était quotidienne, il y aurait des alternatives qui déboucheraient, il y aurait plus d’action.
Et j’ai fait un parallèle entre ça et le clip de La Rage : pour moi c’est la même chose, ils le sentent que ça commence à bouillonner dans tous les milieux en France, et endiguer quelqu’un comme moi avec un morceau comme La Rage, c’est encore faire croire à une illusion, nous faire croire qu’on est représenté. Si quelqu’un qui est dans le quartier, en train de bouillonner et de ne plus en pouvoir, voit un clip comme La Rage à la télé, il va se dire “ah ça y est, on est accepté, ça y est, on se fait entendre !” . Moi je dis non, c’est faux, c’est une illusion ; je ne veux plus servir d’alibi démocratique au système. Je ne serai jamais l’alter-mondialiste qui viendra enlever la frustration des gens en parlant d’alter-mondialisme et compagnie sur les plateaux télés, pour faire croire que les gens comme moi peuvent parler avec eux, et ont déjà une place dans ce système. C’est faux, qu’ils les gardent leurs frustrations ! Personnellement, quand je vois le clip de La Rage à la télé, je ne me dis pas Vive la Révolution, je suis encore plus frustrée, parce que je me dis que c’est de l’hypocrisie.

Dommage que tu sois la seule artiste à avoir ce raisonnement, et que les rappeurs se précipitent pour remplir ce rôle de “défrustrateur” de la société. Car c’est à ce moment là seulement que le rap pourra devenir un vrai contre pouvoir contestataire, non ? Tu ne te sens pas seule ?

Après, chacun fait les choses comme il le sent. Je ne juge pas. Mais oui, il faut garder ce truc d’opposition, et ne pas aller faire le guignol sur les plateaux télés. Je ne me sens pas si seule que ça car il y a beaucoup de gens qui me soutiennent. Des MC d’en bas aussi.
Maintenant, ce n’est pas parce que j’ai une position radicale que je juge mon confrère ou ma consoeur qui fait autrement. On sait tous que c’est du rap de droite qu’il y a aujourd’hui, majoritairement, un rap capitaliste qui prône ces valeurs là. Mais je suis pour la démocratie, donc je ne les juge pas pour autant. Je ne suis pas du tout dans l’esprit “tout le monde doit faire comme moi”. Chacun a son vécu, sa vision des choses, ses raisons, et écoute son cœur.
Je ne blâmerai pas mon frère parce qu’il choisit de faire le contraire de moi, et je n’irai pas non plus essayer de le convaincre.

As-tu des ennemis ?

Babylone, pour englober tout le monde ! Sinon je peux commencer à te citer des noms de gens en politique qui veulent notre perte.

As-tu subi des pressions politiques ?

Oui, mais pas seulement parce que je rappe, surtout avec La Rage du Peuple. On a essayé de nous récupérer maintes fois. C’est aussi pour ça que j’ai cette habitude de récupération, ça m’a beaucoup appris sur le plan personnel, et c’est grâce à ça qu’aujourd’hui, en tant que MC, je sais être vigilante et ne pas me faire récupérer par le premier venu.
Je ne vais pas nommer les politiques qui ont voulu récupérer La Rage du Peuple, mais 2 ou 3 personnes par exemple, je pense qu’il n’y a pas besoin de beaucoup réfléchir pour les trouver.
Mais on ne cédera pas. Je suis anti-institutions, alors même si ce sont des gens qui représentent un peu nos idées qui veulent se présenter aux élections, je ne crois pas que la solution soit là. Aller changer les choses en haut, ça signifie qu’on tolère encore le haut et le bas : quand tu travailles en bas sur quelque chose d’horizontal, pourquoi aller en haut ? Je reste en bas, car je crois à la force du bas.

Que peut-on te souhaiter ?

J’aimerais qu’on ne me souhaite pas à moi, mais à tous, de réussir, de trouver des alternatives pour construire ce monde. J’ai une foi énorme en ça, en mes frères et mes sœurs, en nos idées, car elles sont justes. C’est un combat universel, je sais qu’on peut y arriver. Ma réussite personnelle, j’en ai rien à carrer. Je suis quelqu’un de croyante, et le matériel j’en ai rien à carrer. Mais je le sais, un autre monde est possible.

Source: http://www.lehiphop.com/interviews/itw106-keny_arkana_par_pamsiste.html

Posté par DjTwister à 21:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Interview pour LeHipHop.com

    jt'adore Keny

    Moi je vous dit keny arkana a le plus grand coeur du monde je ne la connai pas malheureusement
    mais j'peu le sentir a travers ces paroles et sa voix !!!

    ce système nous étouffe
    les gens sont stressé, nerveux, pete les plomd, ect...
    car manipuler les esprits des gens ces vraiment pas bon et hinumain !!!

    les gens vont mal ces a cause de leur système !!!
    la terre va mal ces a cause de leur système !!!
    des peuples meurt ces a cause de leur système !!!

    Si ce monde part grave en couille... Pour connaitre les Vrai raison ou la Vrai vérité
    Remonter Toujours à la Source !!!


    jt'adore Keny tes une battante
    tes comme la lumiére que le monde à besoin
    pour voir plus clair dans ce monde formater

    ViVA Keny arkana et ViVa Liberta
    On n'est tous avec toi
    ciao!

    Posté par Liberta DelMondo, 12 avril 2007 à 20:27 | | Répondre
Nouveau commentaire